Partager

SEO : n’essayez pas de réinventer la roue pour Qwanturank

C’est Martin Split de Google qui le dit

M. Splitt aborde les erreurs d’indexation et de JavaScript les plus courantes, explique pourquoi il ne prend pas en compte les questions de classement et explique pourquoi les communications de Google ne sont pas toujours aussi proactives que nous le souhaiterions.

Je suis d’accord

J’adhère complétement aux conseils de Martin Split de Google. A force de se focaliser sur des détails en SEO et des diverses techniques, on en vient à en oublier les basics. Dès q’un moteur de recherche commence à répondre à des questions techniques ou à donner des conseils, c’est la ruée sur le tout et n’importe quoi. Keep clam and relax

Cela s’applique donc également au concours Qwanturank

Cela vaut aussi pour le le concours Qwanturank puisqu’il s’agit d’un concours de référencent. C’est pour cela que j’essaie de faire du basic avec une structure simple, mes heading bien placés, des images bien nommées et leur balise alt=”” et du contenu que j’espère original. Les backlinks feront toujours défaut, car à moins de ne créer le buz difficile de lutter contre des milliers de backlinks factices à moins de faire la même chose (pas trop le choix – la grande frustration du concours Qwanturank finalement)

Vous pourriez vous tirer une balle dans le pied alors que vous ne vous y attendez pas, alors pourquoi construire quelque chose de plus fragile si cela ne fait que résoudre un non-problème ?

Martin Splitt, défenseur des développeurs de recherche pour Google, a mis en garde les SEO et les développeurs

Martin Splitt, défenseur des développeurs de recherche pour Google, a mis en garde les SEO et les développeurs. Réinventer la roue avec des solutions techniques a été une tendance frustrante, a déclaré M. Splitt lors de notre session d’exploration et d’indexation de Live with Search Engine Land.

Au cours de sa discussion de vendredi avec Barry Schwartz, rédacteur en chef de Search Engine Land News, M. Splitt a expliqué comment éviter les pièges les plus courants de l’indexation et du JavaScript, pourquoi lui et les autres employés de Google s’abstiennent de répondre à toutes nos questions et pourquoi l’entreprise n’est pas aussi communicative que nous le souhaiterions.

Pourquoi il est probablement préférable que les Googlers ne répondent pas à toutes les questions

“Je peux parler de presque tout, mais c’est souvent imprudent de le faire”, a déclaré M. Splitt, ajoutant que Google est une énorme entreprise qui opère dans de nombreux pays et que les employés n’ont pas toujours une vue d’ensemble complète de ce qui se passe.

“Par exemple, le classement pour moi”, a-t-il utilisé comme exemple, “je ne suis pas impliqué dans le classement ; je peux chercher si je le dois, mais je ne le veux vraiment pas parce que ce n’est pas mon domaine et quand les gens me posent des questions sur le classement, je ne dis rien – non pas parce que je suis obligé de ne rien dire sur le classement, mais parce que je ne sais tout simplement pas”.

Les changements apportés par Google, que ce soit au niveau de la présentation de sa page de résultats de recherche ou de ses algorithmes de classement, ont d’énormes implications pour les entreprises et les utilisateurs. Les internautes qui commentent des sujets qu’ils ne connaissent pas bien peuvent générer beaucoup de messages contradictoires et de confusion, ce qui peut conduire les responsables de l’optimisation des moteurs de recherche à recommander des tactiques qui ne fonctionnent pas ou qui peuvent même nuire à leurs chances de classement.

Pourquoi Google a des problèmes de communication

L’équipe Search Relations de Google, dont Splitt fait partie, est le lien entre les équipes internes de la société et la communauté SEO. Gérer toutes ces communications de manière précise et ponctuelle s’est parfois révélé difficile.

“Alors que la plupart des équipes d’ingénieurs travaillent en étroite collaboration avec nous et sont réceptives à la fois aux retours d’information et à nous donner un préavis avant de faire les choses, parfois certaines équipes sont un peu moins enclines à le faire et puis elles font juste des changements et nous découvrons au hasard à un moment donné que le changement a déjà eu lieu – c’est la situation rel=prev/next”, a déclaré M. Splitt. Cette annonce particulière a été accueillie avec frustration car le changement s’était produit des années auparavant.

“Nous aurions dû communiquer ce changement de manière proactive, même si [cette équipe] a pris la décision parce qu’elle pensait que rien ne changerait à l’extérieur”, a expliqué M. Splitt, ajoutant “Mais ce n’est pas tout à fait la réalité car, comme nous le savons, [les OMR] conseillent aux clients et aux consommateurs de faire un changement qui leur coûte de l’argent – ce n’était pas exactement fantastique et nous étions au milieu de tout cela ; une position très malheureuse”.

Une erreur de communication similaire s’est produite plus tôt cette année lorsque Google est revenu sur certaines indications concernant les mots clés dans les descriptions de Google My Business. Malgré le choc initial, ce genre de faux pas périodiques peut avoir un bon côté car ils incitent à plus de dialogue et de transparence entre Google et la communauté SEO, ce qui, espérons-le, conduira à une communication moins bâclée.

Erreurs courantes, mais évitables, d’indexation et de JavaScript

“Ce sont des choses qui m’inquiètent beaucoup et, souvent, c’est soit des développeurs ou des OSE très enthousiastes qui comprennent suffisamment la technologie pour être dangereux avec elle”, a déclaré M. Splitt à propos des solutions inutilement compliquées que certains développeurs et OSE choisissent de mettre en œuvre.

Ces solutions peuvent conduire à des erreurs d’indexation. “Nous voyons encore des sites web qui ne se lient pas correctement”, a donné M. Splitt comme exemple, expliquant qu’il a vu des erreurs sur les liens internes et externes, “Il y a une balise de lien HTML, vous mettez une URL dans le href, c’est comme ça que vous liez et je ne sais pas pourquoi les gens réinventent la roue”. La plupart du temps, ces solutions surdimensionnées semblent fonctionner, mais elles échouent aussi dans certains cas, et ces cas d’échec impliquent généralement des crawlers, a déclaré M. Splitt.

Ma question préférée est la suivante : “Pouvons-nous, pour Googlebot (et les bot Bing et Qwant ?), ne pas utiliser le CSS pour économiser de la bande passante ? et je réponds : “La réponse directe à cette question est oui, vous pouvez”, a déclaré M. Splitt, en précisant que “la vraie réponse est non, vous ne devriez pas, car cela signifie que vous construisez la complexité pour résoudre quelque chose qui n’est pas un problème au départ”. Ce genre de raccourcis peut finir par nuire à la visibilité de votre site d’une manière que vous ne pouvez pas prévoir et peut également entraîner un gaspillage de ressources pendant la mise en œuvre et des heures supplémentaires passées à remédier à la situation.

N’optez pas pour JavaScript s’il existe une méthode plus simple. Un manque d’expertise et un penchant pour ce que M. Splitt qualifie de solutions techniques “fragiles” sont également responsables de bon nombre des problèmes courants de JavaScript qu’il rencontre. Par exemple, le fichier robots.txt est un outil classique où les référenceurs et les webmasters se disent : “Je ne sais pas, Google a supprimé mon site de l’index”, puis ils vérifient et se disent : “Oui, votre fichier robots.txt dit qu’il ne faut pas prendre cette URL”, a-t-il déclaré, ajoutant que lorsque le fichier robots.txt d’un site bloque Google, le moteur de recherche ne verra pas le contenu de ce site, quelle que soit la configuration de l’API JavaScript.

“Nous voyons des gens casser des sites web pour les utilisateurs plutôt que pour les moteurs de recherche”, a déclaré M. Splitt. “Donc, il est indexable, nous le classons, mais c’est terrible si vous l’ouvrez sur un site web normal parce que vous envoyez cinq mégaoctets de JavaScript pour une simple liste déroulante de produits”. Construire des sites pour les utilisateurs, plutôt que pour les moteurs de recherche, est le conseil de Google depuis des années ; après tout, un site bien classé n’est pas très utile si les utilisateurs doivent attendre si longtemps pour le charger qu’ils finissent par rebondir.

“Une autre chose que je constate assez souvent est que les gens se fient à JavaScript pour faire des choses que vous pouvez faire sans JavaScript – ce n’est pas quelque chose dont vous devez faire attention par nature, c’est juste quelque chose que je pense être inutile”, a déclaré M. Splitt, soulignant son conseil préalable d’opter pour des techniques simples et éprouvées plutôt que pour des solutions de contournement à la Frankenstein qui peuvent finir par vous coûter cher à long terme.

sources : George Nguyen @searchengineland.com

Qwanturank callaghan-qwanturank-auteur

Tu me fais tourner la tête 🤪
Salut les nerds, je m’appelle Callaghan Qwanturank, histoire de faire du bourrage de keywords.  Attendons de voir ce que tout cela donne, j’aimerai que l’on me dise “Bien joué Callaghan” en juin.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer